Merci à CK pour ce texte :-)

 SEUL

 

 

 

 

 

 

 

Quand l’autre n’est pas là, l’un est forcément seul.

Si l’un s’en va seul, l’autre forcément reste, seul.

Seule l’heure demeure ; le temps, lui, s’enfuit.

Il n’en est qu’Un toujours présent, même quand moi je pars.

Mais si je m’éloigne, je Le laisse seul…

 

Jésus a connu la solitude, je crains qu’Il ne la connaisse encore…

La solitude d’un fils, la solitude du Fils.

N’a-t-on jamais tenté de discerner, de comprendre,d’évaluer le sentiment de Jésus

quand Ses semblables L’accusent,

quand Ses propres frères et sœurs L’abandonnent?

 

Et Dieu dans tout ça ?

La solitude d’un père, la solitude du Père.

N’a-t-on jamais tenté de discerner, de comprendre, d’évaluer le sentiment de Dieu

quand Ses créatures Le rejettent,

quand Ses propres enfants Le délaissent ?

 

Combien plus grande la douleur quand Son fils, Sa fille,

Le font rétrograder dans leurs priorités jusqu’à L’oublier

ou L’enfouir dans les méandres de leurs souvenirs !

 

Laide facilité,

que de nier la souffrance infligée à Celui qui veut ton bien,

qui veut mon bien.

 

Cruauté aisée,

que de négliger Son amour,

cet amour qui est allé jusqu’aux clous de la croix.

 

Jusqu’à quand Le flagellerons-nous de notre indifférence ?

 

Pas d’ennui avec Dieu.

Et Dieu, avec nous, ne s’ennuierait-Il pas, parfois ?

 

Je pense à toi, je pense à moi.

En bref, nous pensons à nos sentiments, d’une humanité désobligeante,

à ce que les uns, les autres, nous pouvons éprouver, ressentir.

 

Et Dieu dans tout ça ?

Il est au-dessus de tout ça.

Bien sûr, et heureusement !

 

SEUL-COEURAtroce réalité 

notre oubli qu’Il est Dieu, Créateur,

notre…Père, avec Son cœur, qui vibre à chaque instant,

pour chacun de Ses enfants ; pour toi, pour moi.

 

 

Je n’ai pas négligé « un si grand salut » par Jésus…

Et toi ?

 

Je ne veux pas négliger un si grand quotidien avec et pour Jésus…

Et toi ?

                                                                                                  CK, 2003